Coteboulevard.com » Vie pratique » Comment installer un ascenseur pour handicapés ?

Comment installer un ascenseur pour handicapés ?

Les personnes à mobilité réduite sont tout autant actifs dans la vie quotidienne, il est donc incontestable de leur offrir les dispositifs nécessaires pour leur faciliter l’accessibilité, les déplacements et les activités, notamment dans les endroits avec escaliers. Tout établissement ou lieu public devrait donc posséder un accès, ainsi qu’un ascenseur pour handicapés.  

Le choix des ascenseurs pour handicapés

Pour installer un ascenseur pour handicapés, il est nécessaire de prendre en considération le contexte dans lequel il va être intégré, notamment l’organisation spatiale, la conception architecturale des établissements et les activités qu’ils abritent. Il existe pour cela deux principaux types d’ascenseurs qui varient en fonction de leurs charges, leur système d’installation, ainsi que leur budget. On retrouve donc :L

  • L’ascenseur privatif, réservé spécialement pour les particuliers et peut aller de 8 000 euros à 20 000 euros.
  • Le monte-charge handicapés, pour des hauteurs limitées et peut aller de 3 000 euros à 9 000 euros.

L’installation d’un ascenseur pour PMR doit, entre autre, assurer une meilleure accessibilité aux différents types de handicapés, que cela soit pour des personnes sur fauteuils roulants, ou des personnes souffrant de troubles visuels ou auditifs.

Les règles d’installation d’un ascenseur pour handicapés

Quand il est question d’installer un ascenseur pour personnes à mobilité réduite, la première chose à laquelle il est nécessaire de penser est la norme d’installation, qui doit assurer praticité et confort, avant tout, aux personnes qui l’utilisent.

Normes d’un ascenseur pour fauteuils roulants

Un ascenseur pour handicapés doit être dans les normes et répondre à certaines exigences, notamment la largeur des portes qui ne doit pas aller en dessous de 80 cm, qui s’ouvre sur une plateforme de 1.40×1.10 m, permettant ainsi aux personnes sur fauteuils roulants d’y accéder facilement. Mais pour qu’ils puissent avoir accès aux différents boutons de commande, ces derniers doivent être surélevés de 1.30 m du sol. Quant à la sécurité des personnes à mobilité faibles, elle doit être assurée, grâce la disposition et l’orientation du point d’arrivée. En effet, il faut toujours prévoir un palier de 1.50 m minimum, loin des escaliers, pour éviter qu’un accident quelconque ne se produise.

Normes d’un ascenseur pour troubles visuels et auditifs

Tout comme les ascenseurs pour fauteuils roulants, les ascenseurs pour personnes avec des troubles visuels et auditifs sont soumis à des règles qui assurent la sécurité des utilisateurs, notamment par différentiation du revêtement de sol, entre les paliers extérieurs et les cabines, en s’assurant de la perception du changement d’espace, ce qui devrait être appuyé par des installations phoniques qui annoncent l’arrivée devant l’ascenseur, ou l’étage souhaité, les numéros et les modalités.

Le tout complété par un éclairage adapté, signalétiques et écriture en braille.  Pour une installation réussie d’un ascenseur pour handicapés, il faudra faire appel à des professionnels spécialisés, qui assureraient une mise en place conforme aux règles.

J’aime me cultiver au quotidien, et je suis certaine que vous aussi ! C’est pour cette raison que je vous propose sur mon blog des articles informatifs, des bons plans bref, tout ce dont vous avez besoin pour apprendre, et découvrir !

Soyez le premier à commenter cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *