Hong Kong : une manifestation prodémocratie dispersée par la police

AccueilConflits politiquesHong Kong : une manifestation prodémocratie dispersée par la police

Dans les rues de Hong Kong aujourd’hui, des milliers de personnes étaient réunies pour manifester en faveur de l’instauration d’un suffrage universel. La police est intervenue pour disperser les fauteurs de trouble, coupables de souhaiter la démocratie.

Après avoir encerclé le quartier d’Admiralty, où la manifestation avait lieu, la police a menacé d’agir pour évacuer le site, en précisant que tous ceux qui ne partaient pas seraient arrêtés. Seuls quelques centaines de manifestants ont tenu bon, et se sont vus arrêtés par les forces de l’ordre tandis que les tentes d’occupation étaient démontées.

L’occupation du quartier durait depuis onze semaines déjà, à proximité du siège du pouvoir. Les barricades ont été retirées sur décision d’huissiers de justice.

L’ancienne colonie britannique, en passant aux mains de la Chine, a connu de nombreux bouleversements. La rétrocession à Pékin a eu lieu en 1997, et elle est devenue effective en 2000.

Après des années de lutte, la Chine vient d’accepter que le suffrage universel soit utilisé pour élire le prochain chef de l’exécutif à Hong-Kong, en 2017. La seule condition ? Que tous les candidats aient reçu l’aval d’un comité loyaliste. Un marché de dupe selon les manifestants, qui y voient le moyen pour Pékin de garder la main sur le pouvoir hong-kongais.

Les manifestants, dont l’action a culminé le 28 septembre dernier, ont toujours fait preuve de calme dans leur démarche. Alex Chow, leader étudiant, a déclaré : “Nous ne présenterons pas d’opposition, nous résisterons passivement. Nous respectons l’Etat de droit, nous ne sommes pas des émeutiers.”

Cependant, les perturbations et notamment les embouteillages que le mouvement a engendrés ont fini par lasser la population, qui ne soutient plus les manifestants aussi vigoureusement qu’au début.

En revanche, une vingtaine de députés conservent leur appui aux manifestants, et se déclarent même prêts à aller au poste de police avec eux.

Leung Chun-ying, chef du gouvernement, a déclaré que les forces de police ne feraient qu’un usage “minimal” de la force dans son action d’évacuation.

Quel est la période idéale pour visiter le cratère du ngorongoro ?

Son appellation de huitième merveille du monde rend bien...

Les différences de procédure entre USA et Canada

Programmer un séjour sur le continent américain est la...

Corée du Nord : L’activité d’un réacteur nucléaire relancée !

Le réacteur nord-coréen de Yongbyon donnerait des signes d'activités,...

Omar El-Bachir réelu sans surprise avec 94,5% des voix au Soudan

Au pouvoir depuis 1989, Omar El-Bachir a été réelu...

Centrale nucléaire: l’Egypte et la Russie trouvent un accord

Mardi 10 février, le président russe, Vladimir Poutine, rencontrait...

D’après l’Otan, Vladimir Poutine pourrait attaquer un pays balte

L'ancien secrétaire général de l'OTAN, Anders Fogh Rasmussen, alerte...

Cuba : Washington souhaite la réouverture de son ambassade à La Havane

L'ambassade américaine à La Havane pourrait rouvrir ses portes...

Taïwan : un avion s’écrase près d’une autoroute

Un avion de la compagnie TransAsia avec 58 passagers...

Ukraine : Les Etats-Unis prêt à fournir des armes aux militaires de Kiev

L'administration américaine envisage de soutenir l'armée de Kiev face...

Le président de l’assemblée de l’Etat de New York arrêté pour corruption

Sheldon Silver, président démocrate de l'assemblée de l'État de...

Ukraine : L’armée abandonne l’aéroport de Donetsk

L'armée ukrainienne a été forcée d'abandonner sa position et...